Sarreguemines Festival « Mir redde platt » -
Sarreguemines Entre l’espoir et le doute


Les spectateurs ont parcouru des chemins aussi divers qu’enrichissants. PHOTO DNA

Accompagné à l’accordéon par Anita Pirman et au clavier par Christian Lorin, le poète sarre-unionnais Ronald Euler a clôturé le week-end dernier la 15e édition du festival « Mir redde platt ».

Ronald Euler a dédié son spectacle « Zwische Himmel un héll » à Edgard Bund, figure emblématique de Sarreguemines, disparu récemment.

À travers dix-huit poèmes d’expression libre, le poète, viscéralement attaché à la langue régionale, exprime en dialecte les sentiments qui l’animent dans un monde où la beauté côtoie le tragique.

Ses textes traduisent l’intensité d’une présence, d’une pensée. Les rêves d’enfant se mêlent aux réflexions de l’adulte qui interpelle le spectateur sur des sujets préoccupants, comme la guerre, le nucléaire, la pollution.

Hymne à la vie

Sa créativité se manifeste à travers un hymne à la vie qui réinvente la beauté et incite à se laisser porter par l’amour, l’amitié, les bonheurs simples de l’existence. Débordant d’énergie, la langue pittoresque de Ronald Euler porte l’empreinte d’un humanisme profond.

L’accordéoniste Anita Pirman et le pianiste Christian Lorin ont fait éclater la force vitale des textes grâce à leur jeu brillant et subtil. Celle qui accompagne le chanteur Robert-Frank Jacobi a coloré le répertoire du poète en y apportant sa sensibilité particulière. Christian Lorin s’est chargé des intermèdes musicaux, introduction et conclusion. Son instrument s’adapte parfaitement à l’ambiance en mettant en valeur les sentiments dépeints. Les notes gaies ou mélancoliques évoquent le temps qui passe, l’insouciance de l’enfance.

Composant des textes depuis l’an 2000, Ronald Euler s’est découvert une passion pour la poésie en rédigeant un mémoire de maîtrise sur le poète alsacien Claude Vigée. C’est son directeur de maîtrise, Adrien Finck, qui l’a encouragé à poursuivre dans cette voie.

Francique rhénan lorrain

En 2006, il publie un premier recueil de poèmes. Puis paraît en 2010 « Zwische schwarz un wiss » (entre noir et blanc), un livre écrit en francique rhénan lorrain avec un CD d’accompagnement. « J’écris autant sur des sujets qui dérangent que sur la beauté du monde. Mais les belles choses sont en danger. C’est pourquoi je pose des questions, j’interpelle les gens en les incitant à se réveiller », explique Ronald Euler.

À la médiathèque de Sarreguemines, la complicité du poète avec les musiciens était manifeste. « Nous nous sommes connus à l’occasion d’un concert et nous sommes liés d’amitié. Nous avons des traits communs.
Ronald est ouvert à l’univers musical. Il nous a donnés entière liberté pour accompagner ses textes », explique Christian Lorin, musicien depuis une quarantaine d’années, qui a également accompagné Robert-Frank Jacobi.

Pour se procurer le recueil « Zwische schwarz un wiss », publié aux éditions Salde, consulter le site : ronaldeuler.com

M.-Th. Dollé

Presse Ronald Euler - DNA 27/4/2013
© 2019 anita pirman