Molsheim / Vendredis de la Chartreuse

Soirée art et science

Vendredi soir, Evelyne Chanut (chant), Anita Pirman (accordéon) et Christian Vidal (piano) ont interprété une vingtaine de chansons sur le thème du cerveau. Trois chercheurs en neurosciences ont expliqué les dernières découvertes dans ce domaine. Détente et instruction.


Toute l'équipe répond aux questions (photo DNA)

Vers 20h30, de nombreux spectateurs se pressent encore à l'entrée : la soirée se fera à guichets bouclés. Dans son introduction, le président Alain Kroll annonce que le récital est dédié à l'artiste Jean-Paul Schaeffer, fondateur des Vendredis de la Chartreuse en 1987, décédé le 4 avril.

        
C'est une pathologie de la liberté qui rend malade

Le spectacle intitulé "Que me chantez-vous là ?" se veut original. Son objectif est de relier art et science selon une idée née en 2007. Dans chaque "camps" trois intervenants unissent leurs talents pour ce récital-débat réussi. En première partie, Evelyne Chanut, accompagnée des deux musiciens, interprète jes chansons sur le thème des émotions. D'une voix chaude et généreuse, elle chante entre autres "C'est la plus belle des javas" pour illustrer le souvenir de la beauté. "La confiture qui dégouline" pour cette sensation spéciale que chacun a déjà expérimenté dans sa vie. «Le mal de vivre » ou le célèbre "Y a d'la joie" de Charles Trenet, que toute l'assistance fredonne.

A l'issue de cette première de cette première série de huit chansons, Olivier Després, maître de conférences en neuropsychologie à l'Université de Strasbourg, intervient avec beaucoup d'humour, en lisant le journal "L'Equipe" pour nous parler d'émotions. "
Celles-ci sont des manifestations purement cérébrales, explique-t-il. Elles varient selon les individus. Chacune d'elles siège dans une partie bien définie de notre cerveau".

Après l'entracte, les musiciens abordent le thème de l'addiction, avec six chansons originales admirablement interprétées.
Il y a l'addiction au sexe, à l'alcool, au tabac, à largent, au jeu, à la drogue. Pascal Romieu, chercheur et psychiatre à Obernai, intervient à son tour : "Les addictions procèdent toutes de la même vulnérabilité psychique. Les adolescents y sont le plus sensibles. L'addiction c'est être mis
sous contrainte, en esclavage. C'est une pathologie de la liberté qui rend malade."

La dernière partie est consacrée à la mémoire avec six chansons, dont la célèbre "j'ai la mémoire qui flanche", chantée à l'époque Jeanne Moreau, et "Trois petites notes de musique" d'Yves Montand, avant la dernière intervention de Jean-Christophe Cassel, professeur de neurosciences à l'Université de Strasbourg. "Il y adeux types de mémoire : celle à court terme et celle à long terme. Mais dans ces deux domaines, de nombreuses variantes ont été découvertes, comme par exemple la mémoire procédurale qui permet d'apprendre. Leurs études permettent de réaliser des progrès dans de nombreux domaines de la santé.»

Les spectateurs ont ensuite posé de nombreuses questions auxquelles tous les intervenants ont répondu avec affabilité jusqu'à une heure avancée de la nuit.                                                                                   B.Rie.

                                                                 DNA 14/04/2010

 

Anita Pirman - musique - musicienne - accordéoniste - accompagnatrice - accordéon - Christian Lorin - Robert-Frank Jacobi - Dinah Faust - Ronald Euler - Renate Pook - Evelyne Chanut - Alsace - 67 - concert - spectacle - festival

Presse > Evelyne CHANUT - DNA 14/04/2010
© 2019 anita pirman